Press Releases | Visa

En 2020, 40 % des Français seront prêts à utiliser leur mobile pour payer plus de 30 euros par semaine !

02/07/2015

  • Dans cinq ans, près de la moitié des Français (40 %) utiliseront leur mobile pour régler leurs achats au moins une fois par semaine.
  • Les estimations prévoient qu’un Français sur dix (12 %) utilisera son mobile pour ses paiements quotidiens d’ici 2020.

Paris, le 02 juillet 2015. Une étude de l’Institut Populus[1] pour Visa prévoit qu’un Français sur dix utilisera quotidiennement son mobile comme moyen de paiement dans cinq ans, alors que les taux d’utilisation actuels s’élèvent à 6 %.

L’adoption de ce mode de paiement, à la fois chez les commerçants de proximité et pour les achats en ligne, entraînera une augmentation des montants dépensés par mobile avec un marché estimé à 795,6 millions d’euros dans 5 ans. Actuellement, 22€ en moyenne sont dépensés chaque semaine avec un mobile. Il est prévu qu’en 2020, 40 % des Français dépenseront plus de 30€ chaque semaine avec leur mobile, tandis que 15 % d’entre eux prévoient de dépenser plus de 69 €.

L’étude dévoile aussi les comportements des consommateurs en matière de m-commerce : ainsi 45 % des Français sont des « web-flâneurs », c’est-à-dire qu’ils utilisent leur mobile pour se renseigner sur un produit avant de l'acheter en magasin. En revanche, plus d’un Français sur cinq (22 %) est un « testeur » qui affirme se rendre en magasin pour voir le produit avant de l'acheter en ligne.A ce jour, les applications (35 %) et la musique (17 %), ainsi que les plats à emporter (13 %) constituent l’essentiel des services achetés depuis un mobile en France.

L’adoption progressive du paiement mobile par les Français est le signe d’une familiarisation grandissante avec ces nouvelles façons de payer grâce à leur généralisation et leur facilité d’utilisation. Face au développement du m-commerce, des portefeuilles numériques (paiement sur internet) et du paiement sans contact, 44 % des adeptes des paiements mobiles se déclarent intéressés par les portefeuilles numériques et 42 % souhaiteraient utiliser le sans contact avec leur smartphone lors d’achats quotidiens dans les magasins.

Gérard Nébouy, Regional Managing Director de Visa Europe France, commente : « Nous nous réjouissons de constater que les consommateurs eux-mêmes annoncent qu’ils vont utiliser de plus en plus leur mobile pour payer. Chez Visa, nous pensons que ces chiffres sont mêmes en dessous de la réalité. Prenons par exemple le paiement sans contact, nous constatons que les chiffres de l’utilisation de cette technologie en Europe ont doublé voire triplé pendant ces 12 derniers mois. Les améliorations apportées au sans contact et au commerce en ligne ont été stratégiques pour ouvrir la voie à la nouvelle génération de technologies de paiement mobile. Les conditions sont déjà réunies pour répondre aux attentes et aux besoins des consommateurs pour les paiements digitaux. La question n’est plus « si » les consommateurs adopteront cette nouvelle manière de payer, c’est plutôt « quand », et nous pensons que dans l’année qui vient, les paiements mobiles vont se généraliser. »

Les adeptes des paiements par téléphone sont aussi ouverts à d’autres services de paiement mobile. L’étude fait ressortir qu’ils sont cinq fois plus susceptibles d’utiliser leur téléphone pour transférer de l’argent à des amis via une application que ceux qui ne sont pas adeptes du paiement mobile (respectivement 35 % et 7 %). Près d’un Français sur cinq (19 %) serait ainsi prêt à utiliser les paiements via les réseaux sociaux.

Sur les freins à l’utilisation du paiement mobile, 25 % des sondés pointent le manque d’information sur cette technologie. Cette méconnaissance engendre des appréhensions sur la question des données personnelles, des utilisations frauduleuses et de la sécurité.

« Nous sommes en train d’assister à un intérêt croissant des consommateurs français pour des méthodes de paiement plus rapides et plus pratiques tandis que les technologies pour le commerce en ligne ou mobile ne cessent d’évoluer. Pour accompagner cette tendance, Visa Europe investit 200 millions d’euros chaque année dans l’innovation, y compris dans les technologies de paiement hautement sécurisées telles que la « tokenization », procédé à la fois sûr et pratique. Lorsqu’il s’agit d’argent, les préoccupations sur le contrôle et la sécurité sont tout à fait compréhensibles, même si elles sont en général dues au manque d’information. Elles font rarement le poids face aux avantages qu’offrent leur côté pratique. Nous en avons fait l’expérience avec l’adoption des cartes sans contact : une fois que les personnes se familiarisent avec la technologie et voient les autres l’utiliser, les taux d’adoption progressent rapidement, » ajoute Gérard Nébouy.

[1] Etude de l’Institut Populus menée du 30 avril au 19 mai sur un échantillon de 12 015 personnes âgées de plus de 18 ans dans 6 pays européens : Finlande, France, Allemagne, Pologne, Espagne et Royaume-Uni.